Milos'

History

Milos est une île volcanique dans la mer Egée. Habitée depuis la préhistoire, cette île a offert des richesses minérales importantes au fil du temps : l'obsidienne dans les temps préhistoriques, le kaolin et la pouzzolane dans les temps historiques et jusqu'à aujourd'hui, et, plus récemment, la bentonite et le perlite. L'île a une forme de fer à cheval et ses nombreuses plages en font une destination touristique favorite. La célèbre statue de Venus, actuellement au musée du Louvre (Paris) a été trouvée à Milos en 1820, alors qu'une copie se trouve au musée archéologique de Milos, à Plaka.

Venus de Milos
Une célèbre statue de l'époque hellénistique, qui a été trouvée à Milos en 1820. La statue a été trouvée par un fermier appelé Georgios Kentrotis, qui, ne connaissant pas sa valeur archéologique, l'a utilisée pour construire la clôture de son champs. Lorsque le service archéologique français a réalisé sa valeur, il l'a immédiatement achetée de l'agriculteur pour 400 piastres. Plusieurs trafiquants d'antiquités ont essayé de la voler, sans succès. La statue a été chargée et transférée au Musée du Louvre à Paris, où elle est jusqu'aujourd'hui. Pendant le transfert forcé, les deux bras de la statue ont été perdus. Le Musée Archéologique de Milos accueille une «copie originale» de la statue, faite aux laboratoires du musée du Louvre. Il y a quelques années, une enquête menée dans le port a révélé 2 mains des hommes, appartenant à une autre statue inconnue.

Les catacombes de Milos
Les catacombes, creusées dans un tombeau volcanique, sont parmi les sites les plus importants de l'île. Les catacombes ont été découvertes par des pillards et sont devenues connues après leur pillage, en 1840. Les trois catacombes avec les cinq couloirs et une chambre funéraire, forment aujourd'hui un système labyrinthique d'une longueur totale de 185 mètres. Ces entrées étaient à l'extérieur, mais maintenant seulement une d'entre elles fonctionne, celle de la deuxième catacombe des « Aînés » [Presviteroi], d'où les visiteurs peuvent entrer. A l'intérieur des catacombes, à droite et à gauche sur les murs, il y a les «arcosolia» (arcs creusés), dans lesquels, ainsi que dans le sol, les tombes ont été ouvertes. Aujourd'hui, 126 arcs creusés sont sauvés (Petrochilos, 1972) et sont estimés à accueillir des milliers de morts. Dans chaque tombe il y avait une lampe, alors qu'aujourd'hui, elles sont équipés des lampes électriques qui illuminent discrètement la région, reproduisant l'atmosphère d'un passé lointain. Dans les tombes des personnes les plus distinguées sont peints des symboles chrétiens ou rayés des inscriptions. Ross (1843) et Soteriou (1927) ont eu la chance de voir et d'étudier ces décorations, mais, au fil des années, la plupart d'elles ont été détruites. Une telle inscription existe jusqu'aujourd'hui dans la deuxième catacombe, au sixième arcosoli à droite. Il s'agit de l'inscription des «aînés», d'où la catacombe a pris son nom. Au milieu de cette catacombe, il y a un tombeau sous la forme d'un sarcophage, creusé dans la roche. On croit que là sont enterres les restes de l'un des premiers martyrs du christianisme et que les premiers chrétiens l'ont utilisé comme un autel à la messe. L'activité des premiers chrétiens dans les catacombes a arrêté juste après l'établissement de la tolérance religieuse (Decrete de Mediolanum), ou après la destruction et l'abandon de l'ancienne ville de Klima à cause des séismes au 5e ou 6e siècle après J.C.

Des belles plages
Milos est célèbre pour ses côtes tourmentées. Avec plus de 75 plages, grandes et petites, les eaux cristallines, ces rochers sculptés colorés et les plages dorées de sable blanc, c'est sûr que vous allez l'adorer. Grace à l'origine volcanique de son sol, Milos a une topographie spectaculaire et une variété de plages. Vous trouverez à la fois des plages dorées de sable blanc et de petites baies entourées des pierres et de roches blanches, rouges, jaunes ou noires. Sa mer offre des couleurs uniques et une variété de profondeurs, alors que vous pouvez choisir entre les plages entièrement équipées, ou plus isolées et sauvages. Les eaux claires de l'île et l'infinie beauté de ses plages vont certainement vous offrir une expérience incomparable. Quant à l'accès, le réseau routier pour la plupart de plages au nord au sud est très bon. Celles situées sur le côté est et ouest de l'île sont plutôt difficiles à atteindre, comme la plupart de la route est en terre. Il y a aussi quelques plages (comme Kleftiko, Gerakas, Sikia et beaucoup d'autres qui ne sont pas citées ici) que vous ne pouvez visiter que par la mer, en participant aux excursions maritimes qui partent d' Adamandas. Enfin, on vous recommande de choisir les plages où vous allez prendre votre bain non seulement selon leur beauté, mais aussi en fonction de la direction du vent. Quand il y a des meltémes et les vents du nord, il est préférable de choisir des plages dans la baie, ou plutôt sur le côté sud de l'île. Par contre, lorsqu'il y a un vent de sud, on vous recommande les plages de la côte nord de l'île.

Les Regions Natura 2000 - Les Biotopes
Un filet de protection pour les biotopes d’Europe et les espèces menacées de disparition. Le réseau de régions NATURA 2000 de l’Union européenne : l’initiative d’une communauté ouverte de citoyens qui mesure les conséquences du mépris de l’homme pour la nature, qui s’inquiète des dangers s’accumulant, et veille, par des enquêtes scientifiques et des lois, à prévenir des dégâts irréversibles sur les écosystèmes… Mais aussi une politique visionnaire qui cherche à garantir le développement durable d’endroits gâtés par des caractéristiques naturelles uniques, en harmonie avec leur richesse culturelle et leurs capacités touristiques. Un filet de protection des biotopes particulièrement importants de Milos, l’insertion dans le réseau NATURA 2000 de deux zones aux caractéristiques rares : la partie intérieure et celle près du rivage du secteur ouest de l’île. Une décision qui consolide l’équilibre naturel et la biodiversité de l’écosystème… Et aussi, une promesse de développement et un signe précurseur de l’avenir optimiste d’un endroit privilégié qui a exploité, jusqu’à présent, son environnement de façon unidimensionnelle, et qui peut désormais mieux tirer profit de sa richesse naturelle, avec équilibre et respect.

La Géologie - Les Plages - Les Eaux Thermales
Milos: un souvenir intense de l’enfance agitée de la terre. Un sommet de l’Égéide flottant sur l’archipel et portant partout, sur son dos et dans ses entrailles, les signes de la veille prolongée des volcans. Volcans cicatrisés, grottes brodées sur les côtes, météores marins instables et eaux thermales chaudes résument deux millions d’années d’explosions successives et de notes systématiques d’un journal cosmogonique qui s’est finalement transformé en île, préservant toutes les versions possibles de la lave refroidie : obsidienne, perlite, bentonite, kaolin, pouzzolane, soufre, barite, gypse, alun… Des gisements sous les pores de la terre – des ressources vitales pour les hommes, de l’aube de la préhistoire jusqu’à nos jours. Des roches sur sa peau – pièces exposées dans un musée géologique en plein air unique.

Le Phoque Méditerranéen
Jadis, ils vivaient sur la terre. Il y a vingt-cinq millions d’années, leurs ancêtres se sont installés dans les mers, ont traversé le temps en nageant et sont parvenus jusqu’à nos jours, fatigués et peu nombreux. Ce sont les phoques Monachus-monachus, le mammifère le plus rare de l’écosystème de Méditerranée, qui a failli disparaître pour toujours dans la vague de l’indifférence humaine pour l’environnement. Créatures aimées des dieux et des hommes autrefois, puis pourchassées pendant des siècles, elles sont aujourd’hui de nouveau protégées par une civilisation qui voit sa richesse naturelle décliner. Dans le monde bleu profond de Milos, les phoques Monachus-monachus ont trouvé un refuge idéal. Dans les ailes volcaniques de ses côtes, qui forment une foule de grottes marines, mais aussi dans les îles voisines de Kimolos et de Polyaigos, ils trouvent l’espace et le temps nécessaires à leur repos et reproduction. C’est pourquoi, à juste titre, la mer de Milos est considérée comme un des biotopes les plus importants pour le phoque méditerranéen – une arche accueillante préservant les animaux sacrés jadis protégés par Apollon et Poséidon.

Source: www.milos.gr & http://el.wikipedia.org/wiki/Μήλος